L’autre quête du député Minder

post_thumb_default

Tout le monde connaît l'initiative Minder. Ce n'est pas sans une certaine habileté que les médias d'Etat ont tenté de faire passer l'initiative du député schaffhousois pour la vengeance démago d'un petit patron frustré par l'affaire Swissair. L'Etat a gros à perdre dans la bataille, la justification de son utilité, et de son pensionnement, auprès de la haute finance et des conseils d'administration où siègent la quasi-totalité de nos parlementaires, mais pas seulement.

Ce qui semble porter le député Minder, c'est le retour du pouvoir au peuple, principal actionnaire de l'Etat dans une démocratie directe. Pour preuve une motion déposée en septembre, passée totalement inaperçue dans la presse et rejetée aussi sec sur avis du Conseil fédéral.

Thomas Minder y réclamait l'extension de la motion populaire au niveau fédéral. S'il concède que « les droits politiques [...] sont les piliers de notre démocratie directe » et que la motion populaire, dans les cantons où elle a été introduite, « a pu contribuer favorablement au débat politique », le Conseil fédéral écarte la proposition au prétexte que plus d'instruments démocratiques signifierait un... « un affaiblissement des droits populaires ». Le Conseil fédéral s'inquiète surtout de ce que ce droit serait l'exclusive des citoyens suisses et, pour l'exécutif suprême, des droits démocratiques réservés au peuple légitime d'une démocratie représentent « un préjudice » pour les... autres; allez comprendre.

Sans doute le député Minder n'est-il que le révélateur de ce lent retrait, tant en finance qu'en politique, de ses pouvoirs à la base, de ce passage discret d'une démocratie directe à une autre représentative. Une énarchie d'élites autoproclamées, élues à grands coups d'affiches publicitaires hors de prix, où, une fois le pouvoir confisqué, les dernières voix du peuple pour s'insurger seront traitées en parias, en quérulents, en patrons vindicatifs frustrés par leur perte de droits.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.