Une politique de système

post_thumb_default

Une véritable honte, l'aveu sans fard ni la moindre vergogne de la politique de petits arrangements d'un parti sans d'autre but ni idée que celui de contourner la volonté populaire.

Il y a plus de douze ans de cela, un canton tout entier s'était levé contre la réforme d'E2000, les étudiants manifestaient dans la rue; de mémoire d'homme on n'avait vu un pareil engagement.

Sous la pression populaire, l'on s'était empressé de retirer le projet, donnant des garanties à chacun qu'il avait été entendu. Tout ça pour voir, une décennie plus tard, à l'heure où Claude Roch rend son tablier, ces messieurs du PLR se congratuler dans Le Confédéré que les lois refusées par une écrasante majorité de la population ont finalement bel et bien été introduites. Ainsi le Conseiller d'Etat radical, lequel, tout à fait entre nous, n'a pas côtoyé les aigles durant le temps de son mandat, n'aura servi qu'à ça: prêter son incontestable bonhomie naturelle à cette vaste entreprise de détournement de la démocratie.

Il y a des mots, et de particulièrement bien choisis, et même de toute beauté pour qualifier les responsables de semblables comportements. Pour l'heure, tenons nous-en à "radical", qui traduira bientôt l'intensité de l'indignation des Valaisans.

Et il n'y a pas la moindre raison de changer une formule qui gagne, trouvez une belle gueule pour qui le sens de la cohérence, de la vérité et le respect des principes légaux n'est pas une obsession et voilà votre candidat.

Si jusqu'ici le coeur des Valaisans pouvait balancer, le PLR vient de fournir la raison ferme et définitive de vouloir en finir une fois pour toutes avec ces façons. En Suisse on aime la démocratie, en Valais il serait peut-être temps de s'y mettre !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.