Léger problème de décence

post_thumb_default

La fine équipe qui a ruiné à jamais la réputation des banques suisses, probablement détruit l'idée même d'un secret bancaire et quasiment inventé cette dépendance effroyable des Etats aux instituts financiers too big to fail, rentre de ses pérégrinations américaines avec, pour seule idée, de mettre sa clientèle helvétique au pas de la mondialisation.

Pour récompenser le peuple suisse de l'avoir sauvé de son incurie à grands coups de 54 milliards de dollars, l'UBS, passée en quatre ans de l'insouciance téméraire à la pleutrerie servile, a décidé d'exiger de ses clients ce qu'elle n'a jamais su obtenir d'elle-même, une pleine conformité avec le fisc.

Que l'on ne s'y trompe pas, foin de vertu dans tout cela, il s'agit de la dernière concession en date, sans doute exigée par les Etats-Unis, pour cesser d'être compétitif. Genou en terre, le système bancaire helvétique est à l'aube de rendre les armes. Les grands empires - c'en était un - ont toujours commencé de déchoir à l'heure où ils ont admis de payer des tributs, même peu élevés, même pour des terres lointaines.

Quant aux pleurnicheries publicitaires de l'UBS sur la confiance retrouvée - « Nous n'aurons pas de répit » - elles prennent ici leur sens le plus évident. Il n'y a, en fin de compte, pas la moindre raison qu'un client accorde sa confiance à une banque qui la lui refuse par principe. Et jusqu'à ce que nous autres Suisses ayons trouvé un moyen de nous libérer de la tutelle de ces banques et de retrouver notre pleine indépendance financière, nous n'aurons pas de répit.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.