Les voleurs de Bruxelles

post_thumb_default

Des mafieux notoires ont bénéficié de centaines de milliers d’euros d’aides en provenance de Bruxelles. Et plus particulièrement de la PAC, la Politique agricole commune, que François Hollande a défendue bec et ongles lors du sommet européen, en fin de semaine dernière. C’est ce qui ressort d’une enquête de la Cour des comptes italienne. Certains de ces heureux bénéficiaires étaient même en prison ! Parmi les plus connus, Antonio Piromalli, un membre influent de la Ndrangheta, la mafia calabraise, qui a reçu, la petite somme, c’est vrai, de 25 720 euros pour ses plantations d’oliviers…

Tout ça fait assez mauvais genre. Mais il y a encore plus sidérant. Figurez-vous que selon le dernier rapport de l’OLAF, l’Office européen de lutte antifraude, les sommes recouvrées à la suite de détournements de fonds ont atteint 691 millions l’an dernier, soit dix fois plus qu’en 2010 ! Et qui sont les premiers fraudeurs ? Les membres du personnel de l’Union européenne. Loin devant le secteur agricole, mafieux italiens compris.

Toujours dans ce rapport, décidément édifiant, on découvre que les fraudeurs, toutes catégories confondues, sont, pour le plus grand nombre, originaires de Roumanie. J’entends d’ici vos commentaires… Mais savez-vous qui occupe la seconde place ? L’Allemagne. Comme quoi, les donneurs de leçons… Mais je me dois de préciser que, en montants détournés, l’Italie est déclarée vainqueur, haut la main.

Si la France semble épargnée, c’est, accuse un magistrat italien, ancien conseiller de l’OLAF, en raison de « l’hypocrisie » de l’État. Et d’expliquer :« En France, dans des régions comme la Corse ou en PACA, (…) des témoignages font par exemple apparaître que des fonds européens initialement destinés aux alpages ont pu profiter à la restauration de maisons privées. » Rien qui nous surprendra…

Et nos eurodéputés dans tout ça ? Difficile de savoir. L’OLAF s’est vu refuser l’entrée des bureaux du Parlement alors qu’elle enquêtait. Une parlementaire allemande de droite, une certaine Ingeborg Grässle, a demandé que les bureaux des eurodéputés soient inaccessibles. Il ne faudrait pas, a-t-elle expliqué, qu’on « viole l’immunité des élus »… Tout ce petit monde se serre les coudes.

Source: le blog de Robert Ménard, http://www.bvoltaire.fr/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.