Le droit de ne pas en être

post_thumb_default

Le Temps du 19 novembre consacre une pleine page au fossé qui se creuse entre le Royaume-Uni et le continent européen. Sous la plume de Richard Wehrli, l'Angleterre semble se congratuler des acquis nationaux qu'elle a su préserver, un  « euroscepticisme de droite s’est généralisé dans le pays » lit-on encore. La divergence s'accroît, on rêve à moins d'Etat.

L'auteur semble trouver des raisons à la situation: Albion, perfide ou non, n'a jamais pleinement consenti à livrer les attributs de la Couronne aux pieds du conglomérat bruxellois. La chose serait historique, remonterait à Churchill, à la résistance à une Europe conquise. La narration se perd un peu, on ne sait plus si les Anglais sont nationalistes, mondialistes ou s'ils ne souhaitent que de pouvoir gérer leurs affaires comme ils l'entendent.

Reste qu'aucune de ces raisons ne sera jamais valable pour la Suisse, pas plus l'histoire que le pragmatisme économique. Suisse dont le principal défaut, outre le fait d'avoir osé contesté le principe de cette ébauche de gouvernance mondiale qu'est l'Union européenne, est de ne pas être une grande puissance tout en aimant sa liberté.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.